5 erreurs à ne pas commettre quand on créé son entreprise

par | Avr 19, 2021

Aujourd’hui, je vais partager avec toi les plus grosses erreurs que j’ai commises lorsque je me suis lancée en tant que freelance, et même un peu après. J’espère que cela pourra t’aider si tu envisages de te lancer ou si tu as récemment débuté.

1 – Ne pas suffisamment se former

Je n’ai pas accordé assez d’importance à la formation, du moins je me suis concentrée principalement sur les contenus gratuits tels que des articles de blog et regarder des vidéos sur YouTube. Se former est essentiel pour apprendre grâce à un contenu pertinent et complet, pour évoluer dans tous les aspects de ton entreprise. En tant que freelance, il ne s’agit pas seulement de maîtriser ton domaine d’expertise, mais aussi de porter de nombreuses casquettes. Même si tu peux déléguer certaines tâches, il est crucial de rester informée et d’apprendre en permanence, que ce soit pour les aspects administratifs, la relation client, la gestion, l’organisation, le marketing…

Certes, cela nécessite un investissement financier, car la plupart des formations complètes sont payantes. Toutefois, cela te fera gagner énormément de temps par rapport à des recherches éparses par toi-même.

2 – Rester isolée dans sa bulle

Ce que je veux dire par là, c’est éviter le manque de contact avec d’autres freelances. Qu’ils travaillent dans le même secteur que toi ou non, il est important, voire essentiel, d’échanger avec d’autres freelances qui comprennent ce que tu vis, qui connaissent la vie d’un freelance et tout ce qui l’entoure. C’est d’autant plus important si tu ne bénéficies que d’un soutien limité, voire inexistant, de la part de tes proches.

Le fait d’échanger avec d’autres freelances peut te donner un coup de boost lorsque tu traverses des périodes difficiles, t’aider à apprendre et te motiver. Pour ma part, j’ai commencé à échanger avec d’autres freelances il y a peu de temps et cela a vraiment tout changé. J’aurais dû le faire dès le début !

3 – Garder un plan B en tête

Lorsque je me suis lancée en tant que photographe, j’ai continué à travailler en parallèle en tant que salariée. Au début, cela peut sembler une bonne idée. Mais même lorsque j’ai décidé que je voulais vivre de mon entreprise, je gardais toujours en tête l’idée que « de toute façon, si ça ne fonctionne pas, je pourrai toujours retravailler en tant que salariée ». J’ai maintenu cette situation bien trop longtemps. À chaque ralentissement, je m’empressais de trouver un emploi à temps partiel en tant que salariée. Cependant, ce temps passé dans une autre entreprise épuisait mon énergie pour travailler pour moi, ce qui faisait que je produisais encore moins et il était difficile de relancer mon activité.

Le problème avec un plan B, c’est que ton énergie n’est pas à 100% investie dans le plan A, et cela se ressent inévitablement dans les résultats. Depuis que j’ai clairement décidé que le salariat était fini pour moi et que je me consacrais entièrement à mon entreprise, tout va beaucoup mieux. Je pensais être à fond dans mon entreprise, mais après coup, je me suis rendue compte que ce n’était pas le cas. Maintenant, je suis vraiment à fond, à fond !

4 – Vouloir tout faire toute seule

Je parle principalement ici de l’aspect visuel, comme la création de mon logo. Pour être honnête, j’ai rapidement conçu un logo basique avec le nom de mon entreprise et c’est tout. Je n’ai pas recherché d’identité visuelle ni construit une image de marque personnalisée. Je ne partageais que mes photos sur Instagram, mon site web était fait par moi-même sans réelle cohérence. Je n’avais pas de couleurs définies, de typographies ni d’univers graphique.

Et ma phrase fétiche était : « Oui, mais il faut que je trouve des clients et gagne de l’argent avant de pouvoir payer des prestataires. » Quelle erreur ! En fin de compte, j’ai perdu du temps, des prospects, des clients et donc du chiffre d’affaires. Si j’avais investi ne serait-ce qu’un minimum, j’aurais pu avoir une identité visuelle solide, un prestataire qui m’aurait expliqué l’importance de tout cela et comment l’utiliser. Très probablement, j’aurais pu augmenter plus rapidement le nombre de mes prestations et mon chiffre d’affaires.

5 – Bonus : Des erreurs dans la déclaration d’impôts pendant 5 ans… 🤭

Oui, oui, j’ai fait des erreurs dans ma déclaration d’impôts pendant 5 ans ! Heureusement, cela ne m’a pas valu de pénalités ni de suppléments à payer lorsque j’ai rectifié la situation avec le centre des impôts. Mais si mon chiffre d’affaires avait été plus élevé, cela aurait pu avoir des conséquences beaucoup plus graves.

Il est vrai que les impôts de base ne sont déjà pas simples, et en tant que micro-entrepreneur, il faut remplir un formulaire supplémentaire avec encore plus de cases à remplir. Personnellement, ce n’est pas mon domaine de prédilection. Donc, si tu te sens également perdu(e) ou que cela t’effraie, je t’invite à consulter le post Instagram de Mathilde de « La Tanière des Freelances ». Elle résume en quelques diapositives comment bien déclarer tes impôts en tant que freelance. Quand j’ai vu son post il y a quelques jours, je me suis dit : « J’aurais tellement aimé avoir ces informations lorsque je me suis lancée ! 🤩 »

Son post —> Déclaration d’impôts, tutoriel et astuces

error: Ce contenu est protégé car il appartient à Azana 😉