5 grosses erreurs à ne pas commettre lorsqu’on lance son entreprise

5 grosses erreurs à ne pas commettre lorsqu’on lance son entreprise

Aujourd’hui je vais te parler des plus grosses erreurs que j’ai pu faire lorsque je me suis lancée en tant que freelance (et un peu après aussi). Et si je t’en parle c’est en espérant que cela puisse t’aider si toi aussi tu souhaites te lancer ou que tu t’es lancé il y a peu de temps.

1 – Ne pas assez me former

Ou tout du moins me former “gratuitement”, c’est à dire en lisant uniquement des contenus gratuits, des articles de blog, des vidéos youtube, etc… Se former est vraiment très important pour apprendre avec du contenu pertinent et complet. Evoluer dans ton entreprise, et ce dans tous les domaines. En effet, quant tu te lances en freelance il n’y a pas que le coeur de ton métier, mais il y a également beaucoup d’autres casquettes à avoir et même si tu en délègues une partie, il est très important de se tenir informer et d’apprendre toujours plus. Que ce soit pour les parties administratives, la relation client, la gestion, l’organisation, le marketing …

Alors oui, ce sont des investissements financiers car les formations complètes sont généralement payantes, mais tu gagneras un temps énorme comparer au fait de faire tes petites recherches à droite et à gauche par toi-même.

2 – Rester dans ma bulle

Ce que j’entend par là c’est le “non contact” avec d’autres freelances. Qu’ils soient du même secteur d’activité que toi ou pas du tout, il est important et surtout encourageant d’échanger avec d’autres freelances qui comprendront ce que tu vis, qui comprendront ce qu’est la vie d’un freelance et tout ce qui tourne autour. Et d’autant plus si le soutient de tes proches n’est pas présent (ou très peu).

Le fait d’échanger avec d’autres freelances va te permettre de te booster dans tes coups de mou, te permettre d’apprendre, te permettre de te motiver…

Pour ma part, cela fait peu de temps que j’échange réellement avec d’autres freelances et ça a vraiment changé la donne, j’aurais dû commencer dès le début !

3 – Garder un plan B

Quand je me suis lancée en tant que photographe j’ai continué à travailler en tant que salariée. Jusqu’ici pourquoi pas au tout début. Mais ensuite, même lorsque je m’étais dis que je voulais vivre de mon entreprise, je me disais toujours “de toutes façon, si jamais ça marche pas je pourrai re-travailler en tant que salariée”. Et j’ai fais ça bien trop longtemps également. Dès qu’il y avait un creux je m’empressais de trouver un mi-temps en salariat. Sauf que ce temps que je passais dans une entreprise qui n’était pas la mienne bouffait mon énergie pour travailler pour moi, je faisais donc encore moins et il était difficile de relancer mon activité.

Le problème lorsque l’on garde un plan B, c’est que notre énergie n’est pas à 100% dans le plan A, et forcément ça marche moins bien. Depuis que j’ai décidé clairement que c’était STOP le salariat et que ce serait mon entreprise et rien d’autre, c’est tellement mieux. Je pensais être à fond dans mon entreprise et en fait, après coup je me suis aperçu que non, et que c’est maintenant que je suis à fond, vraiment !

4 – Vouloir tout faire toute seule

Et là je parle principalement de la partie visuelle. La création du logo … En fait, pour tout dire, j’avais pondu un logo à l’arrache avec le nom de mon entreprise et c’est tout. Aucune recherche de l’identité visuelle donc aucune image de marque personnalisée. Je partageais uniquement mes photos sur instagram, j’avais un site fais par moi-même sans vraiment de cohérence. Je n’avais pas de couleurs définies, pas de typographies, pas d’univers graphique.

Et ma phrase “fétiche” était “oui mais faut que je trouve des clients pour gagner de l’argent avant de pouvoir payer des prestataires”. Mon dieu quelle erreur ! Au final, j’ai perdu du temps, j’ai perdu des prospects et donc des clients, et donc du chiffre d’affaires. Si j’avais su investir un minimum j’aurais eu une identité construite, un prestataire qui m’aurait expliqué pourquoi c’était important, comment l’utiliser, et j’aurais très fort probablement augmenter mon nombre de prestations et mon chiffre d’affaires bien plus rapidement.

5 – Ceci est un bonus … j’ai mal déclaré mes impôts, et ce pendant 5 ans … 🤭

Oui oui, 5 ans de mauvaise déclaration ! Bon ça va, en soi ça ne m’a pas valu de supplément à payer ou quoique ce soit à la révision de tout cela. Mais si j’avais fais de plus gros chiffre d’affaires ça aurait pu être bien plus grave lorsque j’ai fais cette révision avec le centre des impôts.

Bon il faut dire que les impôts de base c’est déjà pas tout simple, et en tant que micro, il faut remplir un formulaire supplémentaire avec encore des cases à droite et gauche, et perso c’est clairement pas ma tasse de thé. Alors si toi aussi ça te fait peur ou que t’y comprends rien, je t’invite à aller voir le post Insta de Mathilde, de “La tanière des freelances”, qui résume en quelques slides comment bien déclarer ces impôts en freelance. Et franchement quand j’ai vu son post il y a quelques jours je me suis dis “qu’est ce que j’aurais aimé avoir ces infos quand je me suis lancée ! 🤩”
Son post —> Déclaration d’impôts, tuto et astuces

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui.

J’espère que cet article t’auras été utile 🙂

error: Ce contenu est protégé car il appartient à Azana 😉