Comment gagner minimum 5h par mois sur ta création de contenus ?

Comment gagner minimum 5h par mois sur ta création de contenus ?

Créer des contenus, que ce soit pour Instagram, pour Facebook, pour ton blog, ta newsletter … peut être long et fastidieux si l’on a pas les bons outils, les bonnes méthodes et la bonne organisation.

Mais cela peut devenir relativement simple, tout du moins, tu peux gagner un temps assez incroyable en ayant toutes ces bonnes connaissances afin de produire mieux et dans un temps optimisé.

1 – Avoir une identité visuelle définie

Dans un premier temps tu devras avoir ton identité visuelle bien définie. Cela te permettra d’avoir des contenus d’aspects plus professionnels et alignés avec tes valeurs et les messages que tu souhaites transmettre.

Mais cela va également te permettre de gagner du temps car au lieu de chercher quelles couleurs utiliser, quelles typographies, afin quelles ailles les unes avec les autres, avec une identité visuelle, tu auras tes couleurs, tes typographies, ta ligne directrice et plus besoin de réfléchir et de perdre du temps à rechercher la meilleure couleur pour tel ou tel post puisque tous auront le même univers.

2 – Anticiper

L’anticipation va passer par plusieurs étapes :

Réfléchir, lister des idées de contenus à l’avance. Prends 1h ou 2 tous les mois ou tous les 2 mois en fonction du nombre d’idées que tu arrives à trouver et listes-les toutes. Si tu as du mal à trouver des idées tu peux lire l’article de blog que j’avais écris à ce sujet “comment trouver des idées de contenus pour Instagram ?”. Il est précisé pour Insta, mais certaines astuces peuvent être utiles également pour d’autres contenus.

• Une fois que tu as listé toutes tes idées, organises-les. Par exemple si tu décides de publier sur Insta 4 fois par semaine alors organises des posts en leur attribuant une date à chacun. Fais la même chose avec tes articles de blog, post Facebook etc.

• Dernière étape de l’anticipation : cré.e.s tes contenus à l’avance. N’attend pas le jour même pour écrire, réaliser le visuel et poster. Prévois de préparer plusieurs post à l’avance, par semaine, par quinzaine, par mois. A toi de voir comment tu souhaites t’organiser.
Pour ma part, je prépare mes posts Instagram généralement au mois. Sauf exception tel que mon post “check up mensuel par exemple”.

3 – Le batching

Maintenant que tu as une liste de contenus, que tu les as organisé mensuellement ou hebdomadairement, lorsque tu vas les créer je te conseille de faire du batching.
C’est à dire de regrouper tes tâches : Créer tous tes visuels / Créer tous tes textes / Programmer tous tes posts, plutôt que de créer visuel, texte et faire la programmation d’un post par un post.

Pourquoi ? Car encore une fois cela va te permettre de gagner un temps fou.

Lorsque tu fais du batching tu demandes à ton cerveau de se concentrer sur un type de tâche à la fois, sur un logiciel (ou support si tu es plutôt carnet pour l’écriture) à la fois, et donc tu resteras concentré plus facilement plus longtemps.

Donc ouvres ton carnet, ton espace Notion ou tout autre outil où tu rédiges tes posts et rédiges-les un après l’autre.
Ensuite (ou avant), ouvres le logiciel qui te permet de réaliser tes visuels, et cré.e.s-les les uns après les autres.
Et enfin lorsque tous tes textes et tous tes visuels sont créés, programme tes posts l’un après l’autre.

4 – Utiliser Canva

Aaaah cet outil ! Il est assez magique pour la création de contenus.
Et oui, je suis graphiste, et oui, je conseille grandement et utilises moi-même Canva. Alors bien sûr je ne vais pas créer un logo pour un client sous Canva, mais toutes mes créations de contenus sont réalisés avec cet outil.

Canva est une petite pépite pour gagner du temps dans la création de contenus :

• Tu peux enregistrer les éléments de ton identité visuelle, ce qui permet de les avoir directement et facilement à porté de main lorsque tu cré.e.s tes visuels

• Tu peux créer des templates afin de les réutiliser en ayant uniquement quelques informations à changer, le texte, une image … Par exemple, mes posts “check up du mois …” ou encore “avis client”, “article de blog” .. sont tous des posts dont j’ai créé des templates. Comme ça lorsque j’ai besoin d’en créer un, je duplique le templates et modifie uniquement ce que j’ai besoin. Cela me permet de gagner un temps considérable et d’avoir une unicité dans mes posts qui deviennent alors reconnaissables facilement.

• Tu as beaucoup beaucoup d’exemple de publication ce qui peut donc te donner des idées et de l’inspiration.

• Tu as également un grand nombre d’image libre de droit, de stickers, de visuels graphiques …

• Et avec Canva tu peux également programmer tes publications, ce qui peut être plutôt intéressant.

5 – Engager un graphiste

Et bien oui, si tu souhaites gagner du temps tu peux engager un graphiste afin qu’il te simplifie la tâche.

Il pourra construire ton identité visuelle si tu n’en as pas encore.

Et il pourra également te créer des templates pour tes posts, que ce soit des templates récurrents (comme mes posts d’article de blog, d’avis clients…) mais également, toute une palette de templates divers et variés, que tu pourras utiliser par la suite pour tes posts. Des templates pour des posts d’écriture, des posts avec images, des carrousels etc.

Et le fait d’avoir tous tes templates déjà prêt de fera gagner un temps considérable puisqu’il ne te restera qu’à rédiger tes posts puis modifier quelques informations sur les templates pour qu’ils correspondent à chaque post que tu as écris. Ensuite tu programmes et le tour est joué !

Et pour ça je peux te venir en aide, alors n’hésites pas à m’écrire et nous discuterons ensemble de ton projet 🙂

Avec toutes ces astuces tu pourras gagner minimum 5h par mois, et c’est vraiment le minimum syndical. Si tu cré.e.s généralement 4 à 5 posts par semaine sans aucune de ses astuces et que tu les appliques toutes (ou presque) tu pourras gagner 8 / 10 / 15h par mois !

En ce qui concerne ma propre organisation, lorsque je suis passée sous Canva et que je me suis mise au batching, j’ai facilement gagner 8/10h par mois sur la création de mes contenus Instagram ! Autant dire que ce n’est pas négligeable !

Les questions à se poser avant de construire son identité visuelle

Les questions à se poser avant de construire son identité visuelle

Avant de construire ton identité visuelle, de te jeter dans le grand bain en choisissant des couleurs, des typographies, en créant ton logo etc… il y a un certains nombres de questions à te poser, de réflexions à avoir afin de partir sur la bonne voie et que ton identité visuelle représente ton entreprise et transmette réellement le message et les valeurs souhaités.

Quels produits/services proposes-tu ?

Si tu vends des chaussures de luxe pour femme ou si tu proposes des services de coaching aux entrepreneurs ou si tu ouvres un fastfood, cela n’aura pas du tout le même impact sur la création de ton identité visuelle. Imagines Dior avec une identité visuelle tel que McDonald ou l’inverse, ce serait étrange, non ?

Demandes-toi quelle est ta cible ?

De la même manière, si tu cibles des femmes de + de 50ans, des adolescents, des couples, des entrepreneurs, des particuliers … tu ne communiqueras pas de la même manière et ton identité visuelle ne sera clairement pas étudier de la même façon.

Listes les valeurs de ton entreprise ?

Il est important ici de réfléchir aux 3 types de valeurs :

• morales → la loyauté, l’esprit d’équipe…

• sociales → écologie, éthique, santé …

• professionnelles → qualité, innovation, savoir-faire …

Et ici encore une fois, si tu as des valeurs écologiques au sein de ton entreprise et que tu souhaites mettre cela en avant, ta communication devra être en accord avec cela. Au même titre que si tu as créé un produit innovant et que c’est cet aspect que tu veux mettre en avant.

Qui sont tes concurrents ? Et quel univers se dégage-t’il généralement dans ta niche ?

Pour construire ton identité visuelle, je t’invite à faire la liste des tes concurrents et à regarder leurs identités visuelles. Non pas pour copier attention ! Mais pour t’en inspirer ET t’en différencier.

En effet, le fait de voir ce qui se fait dans ton domaine va te permettre de rester cohérent pour les consommateurs en t’en inspirant. Mais cela te permettra également de t’en différencier afin de sortir du lot et d’être remarqué.

Qu’est ce qui te différencie de tes concurrents ?

Egalement, une fois que tu auras listé tes concurrents, demandes-toi ce qui t’en différencie afin de mettre cet/ces aspect.s en avant.

Tu proposes un services supplémentaires ?

Tu utilises des matériaux différents et meilleurs à l’environnement ?

Peu importe ce qui te différencie d’eux, cela sera probablement un point positif pour développer ton business et il sera alors important de le mettre en avant.

Une fois que tu auras répondu à ces questions tu pourras alors te pencher sur ton image de marque et, entre autres, sur ton identité visuelle.

Tu pourras choisir des couleurs non pas parce qu’elles te plaisent mais parce qu’elles sont cohérentes. D’ailleurs je t’ai rédigé un article il y a quelques temps pour t’aider → “Le choix des bonnes couleurs pour son image de marque”

Tu pourras choisir tes typographies, le style de visuels que tu vas utiliser (photographies, icônes, formes…) etc.

Le bilan trimestriel (avril, mai & juin 2021)

Le bilan trimestriel (avril, mai & juin 2021)

C’est parti pour le bilan trimestriel de ce 2ème quart de l’année. Nous sommes déjà fin juin, nous avons déjà passé la moitié de cette année, et je ne sais pas toi mais je n’ai pas vu arriver le 1er juillet !

Tout comme le check up du premier trimestre, dans cet article je vais te parler de diverses choses :

  • mon entreprise sur ces 3 derniers mois
  • moi-même, mes ressentis, les backstages …
  • les projets réalisés
  • les projets à venir

1 – Le 2nd trimestre 2021

A – Le bilan financier

De ce côté là je dois bien dire que je suis plutôt contente de ce trimestre. En effet, une belle évolution de chiffre d’affaires que ce soit par rapport au trimestre précédent, au semestre de l’année précédente, et même à l’année précédente dans son ensemble.

Alors ok, par rapport à 2020 on pourrait dire que c’est ‘facile’ de faire mieux, mais dans un sens je dois bien avouer qu’en commençant 2021 j’étais semi-confiante.

Pourquoi ?

Tout simplement parce que mon entreprise se compose grossièrement de 2 activités : la photographie et le graphisme.

→ La photographie est présente depuis 6 ans, néanmoins la majeure partie de mon chiffre d’affaires annuel est généralement réalisé avec les mariages. Et autant dire que l’année dernière a été complètement catastrophique de ce côté là, et que cette année ce n’est clairement pas revenu à la normale. Une autre grosse partie de mon CA en photos, ce sont les reportages avec des particuliers, entre autres les shootings couples et familles. Et encore une fois, avec cette période de covid, les demandes ont clairement diminué. Par conséquent, bien que je me doutais que 2021 serait une année différente que 2020, et que j’espérais qu’elle soit meilleure, elle a commencé avec très peu de nouvelles demandes, peu de demande pour de nouveaux mariages etc…

→ Le graphisme quant à lui, est présent dans mon entreprise que depuis cette année. Je me suis formée en 2020 et j’ai lancé officiellement cette activité début janvier 2021. Alors là, c’était un grand saut vers l’inconnu. J’avais l’impression de redevenir une bébé entrepreneur qui commençait tout juste dans le monde de l’entreprenariat. Et clairement, je n’avais aucune idée de ce que ça allait donner, du nombre de demandes que j’allais avoir, du nombre de projets que j’allais réaliser…

Et malgré ces doutes et ces questionnements d’une nouvelle année dans une sorte de connue-inconnue, je suis super contente et plutôt satisfaite de l’évolution qu’il s’est produite pendant ces 6 mois, et ce malgré le fait que je n’ai pas atteint le chiffre que je m’étais fixée.

En même temps il faut dire que non seulement je me suis fixée des objectifs financiers un peu au “pifomètre”. Je connais mes tendances annuelles en photos et en même temps avec l’aspect mondial particulier il est difficile de ce projeter, et en graphisme je n’avais aucune idée de ce qu’il était possible pour moi de réaliser. Alors je me suis fixée un objectif annuel qui était plus élevé que mon CA 2019 et je l’ai réparti par trimestre en me fixant sur les tendances de mes années d’entreprise en photographie.
Et en plus de ça, on a eu un mois d’avril avec un semi-confinement qui a bloqué pas mal de projets photos qui ont été reportés sur les mois de juin, juillet et août.

 

→ Quelques chiffres

B – Le bilan moral / émotionnel

De nature positive et optimiste, tant que ma maison ne s’écroule pas ou qu’un astéroïde ne nous tombe pas sur la tête, ça va toujours 😄

Bon bien sûr, je suis humaine, j’ai mes petits coups de mou, mes petits moments de fatigue, … en tant que femme j’ai mes quelques jours mensuels où j’ai le cerveau en vrac, que j’ai envie de faire mais n’arrive rien à faire etc… néanmoins il est rare que je dise “ça va pas!”

Et en ce qui concerne ce trimestre je vois bien plus de positif que de négatif donc je retiens le positif principalement 😌

→ Les 6 ans de mon entreprise le 15 avril ! Oui, 6 ans ! 🎉 C’est incroyable, je me souviens encore quand j’ai voulu me lancer à mon compte et que pas mal de personnes me disaient “fais attention, tu sais c’est difficile de se lancer”, “photographe ? bon courage, c’est pas facile pour se faire une place”, etc… et bien voilà, à celles et ceux qui me m’étaient en garde, qui me disaient que ce serait pas facile, qui croyait à moitié en mon projet (voire pas du tout), oui ça n’a pas été tous les jours facile, oui il faut se faire une place, mais je suis là, 6 ans après, j’ai réussi et je suis heureuse et épanouie au sein de mon entreprise ! 🤗

→ Mon activité de graphisme qui a décollé encore mieux que je l’avais espéré ! Je te détail un peu plus les projets un peu plus loin dans cet article, mais je suis vraiment heureuse d’avoir eu plusieurs demandes de devis qui ont été signés mais surtout très contente d’avoir pu travailler sur les projets de chacun.e, aider chaque personne à faire grandir son entreprise, à la rende vraiment unique, à la booster… Des projets bien différents mais avec des freelances extraordinaires qui sont trop motivés pour leurs projets et ça, j’adooore ! 😍

→ 4 jours OFF en amoureux ! Début juin, nous nous sommes pris 4 jours de congés avec mon fiancer, dont 3 jours où on est parti juste à côté de Chamonix, avec la vue sur le Mont Blanc dès le réveil ! Pouaaaa c’était GÉ-NI-AL ! C’était quelques jours vraiment attendus et on a vraiment kiffé, on a profité, on s’est ressourcé !

C – Les projets

Les projets de mes clients

Anaïs Vermeire

→ C’est début avril que ma toute première cliente, pour une prestation de graphisme, m’a fait confiance pour la réalisation de son projet 🥰 Anaïs, fleuriste de métier depuis une quinzaine d’années et ayant une boutique implantée depuis aussi longtemps, a suivi une formation il y a quelques mois qui lui a permis d’avoir son diplôme de Wedding Designer. Elle a donc souhaité lancé cette 2ème activité et pour cela, créer une seconde entreprise.

Afin de se démarquer de sa boutique actuelle et de pouvoir se lancer en ayant une identité bien définie pour cette nouvelle activité, elle a fait appel à moi afin que j’imagine son univers visuel, que je réalise son logo, ses cartes de visites …

J’ai vraiment aimé travailler avec Anaïs, dans cet univers frais, doux et punchy à la fois 🤗

Sylvie Berger Consulting

→ Une semaine après qu’Anaïs m’est contacté, une nouvelle cliente a fait appel à moi pour la création de son logo, du visuel de ses cartes de visites ainsi que la réalisation de photographies de portraits professionnelles.

Il s’agit de Sylvie, qui après un bon nombre d’année en tant que salariée, a décidé de tout plaquer pour se lancer à son compte dans son domaine de compétences → Consultante Supply Chain International et Service Client.

Son univers visuel (couleurs, typographies…) avait déjà été défini par son webdesigner, il me restait plus qu’à m’imprégner de cet univers et de son métier afin de le retranscrire au travers d’un logo, puis de la création de ses cartes de visites.

Nous avons donc également réaliser un reportage photos, dans son bureau pour qu’elle puisse avoir des photographies professionnelles à présenter sur son site internet, ses réseaux sociaux etc…

Mi mai, j’ai été sollicité pour 2 nouveaux projets de graphisme assez conséquent, dont (pour la petite anecdote) les devis ont été signés le même jour ! Autant te dire que ce jour là, j’étais comme une dingue ! 😱😀🤗

Myleïs Traduction

Un premier projet de recherche d’univers visuel complet pour Léa, une jeune traductrice d’Anglais et de Russe, qui a lancé son entreprise il y a quelques mois et qui souhaitait donner un coup de fouet à ses projets en ayant une identité visuelle définie, personnalisée et qui pourrait lui apporter une meilleure visibilité auprès de ses prospects. Quelques jours plus tard, elle m’a également demandé si on pouvait réaliser un reportage photos de portraits professionnels afin d’accompagner ce nouvel univers visuel et de le personnaliser encore plus, ce que nous avons fait 😌

Tibochoc

Le second projet est toujours en cours de création, il est pour Thibaut, un chocolatier-pâtissier qui souhaite recréer totalement son univers visuel pour accompagner son évolution professionnelle et les gros changements qui vont avoir lieu en fin d’année pour lui (changement de local, agrandissement de l’entreprise…). Il souhaite donc revoir tout l’univers visuel (typographies, couleurs, logo…), créer de nouvelles cartes de visite, mais également ce qui découle d’un univers visuel en tant que chocolatier-pâtissier comme par exemple, le design de ces emballages de tablettes de chocolat 🍫 Mais comme je le disais, le projet est en cours donc pour le moment je ne peux rien vous dévoiler 😌

Voilà pour ces projets clients dont je suis tellement contente de les réaliser, de contribuer à faire grandir, évoluer les projets d’autres freelances, et tellement reconnaissante envers elles.eux de m’avoir fait confiance 🙏🥰

Mes projets

→ En avril, j’ai terminé et lancé le site internet Azana Weddings. En effet, tout comme le site sur lequel tu es actuellement, celui de Azana Weddings a été entièrement créé par moi-même, et il faut dire que j’en suis plutôt contente 😌

→ En mai, j’ai créé une nouvelle page Instagram. Oui oui, comme si en gérer 2 ne me suffisait pas, j’ai souhaité en créer une nouvelle.

Mais alors pourquoi ?

Tout simplement parce que depuis quelques temps je souhaite partager des astuces, conseils et ressources afin d’aider les (jeunes) entrepreneurs dans leur quotidien de freelance, et ce, que ce soit sur l’organisation, la gestion, la création de contenus etc… bref, tant de choses qui n’ont pas vraiment de lien avec mon activité sur Azana ou sur Azana Weddings. J’ai alors créé une nouvelle page afin de partager toutes ces ressources.

Et si tu te demandes pourquoi je souhaite partager tout cela, c’est tout simplement parce qu’en 6 années d’entreprenariat j’ai acquis pas mal de compétences et d’expérience et j’ai envie de les partager afin d’aider d’autres personnes 😌
Tu peux donc retrouver ces astuces sur @azanastuces

→ En juin, j’ai lancé ma galerie photos.

Comme tu le sais surement, ou tout du moins à pu le lire plus haut dans cet article si tu ne me connaissais pas avant, je suis photographe.

Je propose des prestations aux professionnels et aux particuliers. Mais je réalise également des projets que je qualifierais de personnels. Des photographies de faunes et flore, des photos portraits avec ou sans thème, etc… et j’ai souhaité partager une partie de ma collection.

Pour cela j’ai créé une galerie qui te permet de visualiser les photographies et si tu le souhaites tu peux également commander des impressions directement depuis la galerie (plusieurs formats et supports) 😇

Pour voir ma galerie c’est par ici La galerie photos

→ La refonte de mon identité visuelle. Et oui, les cordonniers sont les plus mal chaussés comme on dit 😅

Autant mon identité de Azana Weddings me convient très bien, autant celle de Azana me convenait beaucoup moins, me représentait moins, me faisait moins kiffer. Alors j’ai revu tout ça, j’ai modifié mon logo, mes couleurs, mes typos… et tu navigues actuellement dans un nouvel univers 😌

2 – À venir

→ Continuer et aboutir le projet de Thibaut 😌

→ Avancer la création de ma formation

→ Créer de nouveaux freebies (j’ai pleiiins d’idées, il me faut juste un peu de temps pour les construire)

→ Continuer et si possible terminer la formation sur Pinterest de “Le citron rose”

C’est une petite liste mais il y a beaucoup de travail et cet été, rien qu’avec mon activité de Azana Weddings, j’ai des mariages quasiment tous les weekends, ce qui va déjà me prendre beaucoup de temps avant, pendant et surtout après les prestations 😌

C’est partie pour le début de cette seconde partie de l’année !

11 astuces indispensables pour créer tes cartes de visite

11 astuces indispensables pour créer tes cartes de visite

Ta carte de visite est un de tes supports de communication principal. Elle est indémodable, dans le sens où elle fonctionnera toujours et sera toujours utile et demandée. Elle est petite et légère, elle regroupe les informations principales de ton entreprise, elle se transmet facilement (main à main, dépôt dans ton local, dépôt dans d’autres boutiques, ajout dans un colis client …)

Mais pour que ta carte de visite est un réel impact, elle doit être conçue pour. Et pour cela je vais t’aider à connaître toutes les petites choses à respecter et à éviter pour créer une bonne carte de visite.

Ce qu’il faut appliquer pour une carte de visite réussie et qui fonctionne

1 • Noter les bonnes informations

Ta carte de visite doit transmettre les informations principales et utiles pour ton prospect ou ton client.

Il doit pouvoir, juste en regardant ta carte, savoir qui tu es, ce que tu fais et comment te contacter.

Le plus ?
Si tu as un site internet ou que tu es présent sur un réseau social, notes bien l’adresse.

2 • Utiliser un format standard

Le format classique est d’une forme rectangulaire et de dimension 8,5cm x 5,4cm. Autrement dit le format carte bancaire.

Ce format est pratique car il tient dans un porte-monnaie.
Il existe des formats plus grands, mais ceux-ci sont moins pratiques étant donné que les cartes en tiendront pas forcément dans les porte-monnaies de vos prospects et clients, et elles risquent de se perdre à droite et à gauche.

Vous pouvez tout de même pour une variante de format en utilisant le format carré, qui lui aussi tient dans un porte-monnaie.

3 • Respecter son identité visuelle

Et oui bien sûr, il faut absolument respecter l’identité visuelle de ton entreprise pour la création de ta carte de visite.

C’est comme ça que tu pourras être reconnu par tes prospects et clients.

Imagines si je faisais une carte de visite noir et rouge, avec d’autres typographies pour présenter mon activité. Cela serait complètement illogique.

En ayant une carte de visite qui respecte l’identité de ton entreprise, tes clients se souviendront de toi et te reconnaîtront plus facilement peu importe le support de communication.

4 • Bien choisir son papier, grammage et pelliculage

Si tu as une entreprise écologique ou une entreprise de produits de luxe, tu ne choisiras pas la même impression pour tes cartes de visite.

Une entreprise écologique pourra choisir un papier recyclé par exemple, quant à une entreprise de produits de luxe aura par exemple une carte de visite avec un grammage élevé, un pelliculage verni, pourquoi pas de l’embossage, de la dorure …
Imagines l’inverse, tu ne comprendrais pas le choix qui aurait été fait.

Tu l’auras compris, le choix de l’impression a tout autant d’importance que de respecter ta charte graphique, car ce choix va également influer sur ce que tu souhaites transmettre à tes clients ou prospects.

6 • Pourquoi ne pas rendre ta carte de visite utile ?!

Ta carte de visite peut avoir une utilité autre pour ton client, ce qui la rendra plus ou moins indispensable, il l’aura donc plus souvent en main et se souviendra d’autant plus de toi.

Pour te donner un exemple, je vais être dans l’extrême, mais je pense par exemple aux cartes de visite décapsuleur. Si tu tiens un bar, tu pourrais opter pour cette version de carte de visite.

Mais cela peut être, plus simplement, une carte de visite qui est aussi une carte de fidélité.

Passons au check-up de ce qu’il faut éviter :

1 • Utiliser un grammage trop faible

Ta carte de visite doit tenir dans le temps. Si tu utilises un grammage trop faible et non pelliculé, ta carte de visite s’abîmera très vite → coins cornés, texte effacé …

2 • Surcharger

Ta carte de visite doit être lisible facilement pour cela, il est inutile de faire de grands pavés de texte.

Logo
+ Nom de l’entreprise ou votre nom et prénom
+ activité
+ adresse
+ mail
+ tel
+ site internet et/ou réseaux sociaux.

Simple, concis et utile.

3 • Adresse web trop longues

Attention aux adresses e-mail à rallonge (j’ai déjà fais cette erreur lorsque j’utilisais l’adresse justyynphotographie@gmail.com).

C’est long, c’est compliqué, ça décourage.

Pareil pour les adresses de site internet. Lorsque tu crées un site internet gratuit, bien souvent l’adresse commence par le nom de l’hébergeur puis le nom que l’on a choisi.
Si je reprends mon exemple cela pourrait donner www.wix.com/website/justyynphotographie et cela est vraiment très long aussi.

Dans un cas comme celui-ci, il ne vaut mieux pas mettre le lien du site internet et utiliser un réseaux social où le lien est disponible dessus.
Sur ta carte de visite tu pourras alors noter uniquement ton « @ » avec le logo du réseau social.

4 • Utiliser le mauvais format colorimétriques

Si tu utilises des couleurs sur ta carte de visite tu devras la créer au format colorimétrique CMJN qui est spécialisé pour l’impression.

Car si tu utilises le format RVB tu risques d’avoir quelques surprises lorsque tu recevras tes visuels et que les couleurs ne seront pas les mêmes que celles que tu auras choisi sur ton écran d’ordinateur.

5 • Ne pas utiliser de gabarits

Lorsque tu veux créer une carte de visite, c’est dans 99% des cas pour l’imprimer.
Il faudra alors récupérer le gabarit d’impression auprès de ton imprimeur (les imprimeurs en ligne les propose directement sur les pages de chaque produit) afin de créer tes cartes d’après ce gabarit.

Les gabarits comprennent les marges de sécurité et marge de découpe.
Sans cela tu risques d’avoir des informations coupées à l’impression si tu as des textes ou visuels trop près du bord.

Voilà pour tout ces petits tips, j’espère t’avoir aider pour la réalisation de tes cartes de visite 😌

Tu peux également t’abonner à ma newsletter pour recevoir encore plus de contenus 

Ton entreprise mise en valeur grâce à des photographies personnalisées

Ton entreprise mise en valeur grâce à des photographies personnalisées

Lorsque l’on est entrepreneur, que ce soit solopreneur ou ayant une grande société, il faut se démarquer si l’on souhaite sortir du lot, se démarquer de ses concurrents et attirer de nouveaux clients.

Cela passe par diverses choses tel que, par exemple, la création d’une bonne image de marque qui elle se décompose d’ailleurs par la mise en place d’un branding ainsi que la réalisation d’une identité visuelle cohérente, percutante et unique.

Dans cette identité visuelle, on va retrouver le nom de la marque, le logo et ses déclinaisons, les couleurs utilisées, les typographies etc… mais également les visuels tel que les images, les icônes mais également les photographies.

Quand on commence, on peut éventuellement utiliser des photographies libres de droit que l’on trouve en ligne sur des sites spécifiques, mais si l’on veut se démarquer réellement et avoir une image de marque entièrement personnalisée et unique, il faudra alors avoir des photographies personnalisées et uniques, qui représentent concrètement notre entreprise et nous même.

C’est alors que vient la réalisation de ce que j’appelle “le reportage métier”.

Qu’est ce que le reportage métier ?

Il se compose de 3 parties, 3 prestations en une si tu préfères.

  • Les photos du local (ou des locaux)

Elles permettront de mettre en avant le lieu de travail, que ce soit un bureau de 20m2, une boutique de 50m2, un atelier de 150m2 …

  • Les photos portraits
    (de toi, et de ton équipe si vous travaillez à plusieurs)

Cela va permettre de mettre des visages sur des noms pour tes prospects, surtout si tu travailles principalement à distance. Mais également lorsque tu as une boutique par exemple, le fait d’avoir vu la personne en photo avant de la voir en vrai apporte un sentiment de proximité, on a l’impression de déjà connaître le professionnel qui nous accueil.

  • Les photos de mise en situation

Ces photos permettent de montrer le passage à l’action, permettent de créer un certain dynamisme si par exemple tu les partages sur ton site internet, sur les réseaux sociaux… , elles permettent également de montrer les procédés utiliser, et encore une fois que le prospect et le client se sente plus proche.

Et bien sûr, toutes ces photographies, comme je le disais un peu plus haut, vont apporter de la valeur à ton image de marque puisqu’elles seront uniques et entièrement personnalisées. Elles apportent un aspect plus professionnel à ton entreprise.

Comment bien préparer son reportage métier ?

Admettons que tu as déjà contacté ton.ta photographe et le devis est signé.

Saches déjà, que tu n’es pas obligé de réaliser toutes ces photographies en une fois. Tu peux très bien répartir les séances, en fonction de tes besoins du moment, en fonction de ton budget … Néanmoins saches tout de même qu’il peut être plus avantageux de réaliser le reportage dans son ensemble sur la même journée, car le.la photographe n’aura qu’un seul déplacement à réaliser, ce qui peut réduire le coût total de la prestation, alors que si tu fais en 3 fois, 3 moments différents, les déplacement seront décuplés et le coût global sera surement plus élevé.

  • Une fois que le devis est signé, il va falloir fixer une date (ou plusieurs)

• Penses à un moment où tu seras disponible pour accueillir le.la photographe, lui présenter les lieux, l’équipe, tes services et/ou produits …

• Penses à un moment où il n’y aura pas de clients sur place afin d’être disponible, de ne pas être interrompu.e toutes les 5 min, et également que les locaux soient libres pour réaliser les photographies
→ La seule possibilité que des clients soient présents est éventuellement pour les photos de mise en situation. Mais attention aux autorisations de droit d’image. Tes clients doivent être informés qu’ils vont être pris en photos, de la manière dont les photographies vont être utilisées (site internet, réseaux sociaux, flyers, plaquettes…), et doivent être d’accord avec cela (faire signer des autorisations d’images)

  • Prévenir ton équipe

• La prévenir qu’un.e photographe va venir

• La prévenir également de la réalisation des photographies de portraits s’il y en a de prévu
→ De la même manière que pour tes clients, les membres de ton équipe doivent être d’accord avec le fait d’être pris en photo et que les photographies soient utilisées à des fins professionnelles et commerciales.

• La prévenir afin de faire en sorte que toute l’équipe soit présente le jour J.

  • Préparer ton local

Qu’il s’agisse d’un bureau, d’une boutique, d’un atelier … ton local doit être préparé avant l’arrivé du/de la photographe :

• Il devra être rangé : pas d’objets parasites (poubelles visibles …)

• Il devra être nettoyé : Vitres, sol, poussière … (tout se voit sur les photographies !)

• Il devra être épuré : ce que j’entend par là, c’est que tout ce qui ne concerne pas ton entreprise devra être enlevé (affiches, flyers et cartes de visite d’autres entreprise ou évènement, les piles de papier sur les bureaux devront être enlevés…)

  • Préparer les mises en situation

Avant l’arrivée du/de la photographe tu devras savoir ce que tu souhaites mettre en situation afin de ne pas perdre de temps à réfléchir sur place ce que tu vas bien pouvoir faire ou présenter.

Si tu as des doutes n’hésites pas à en parler avec ton/ta photographe à l’avance.

Cela te permettra de savoir ce que tu dois préparer ou sortir à l’avance, si tu as besoin que d’autres personnes soient présentent (clients par exemple), si tu as besoin de mettre en route telle ou telle machine etc…

5 erreurs à ne pas commettre lorsqu’on lance son entreprise

5 erreurs à ne pas commettre lorsqu’on lance son entreprise

Aujourd’hui je vais te parler des plus grosses erreurs que j’ai pu faire lorsque je me suis lancée en tant que freelance (et un peu après aussi). Et si je t’en parle c’est en espérant que cela puisse t’aider si toi aussi tu souhaites te lancer ou que tu t’es lancé il y a peu de temps.

1 – Ne pas assez me former

Ou tout du moins me former “gratuitement”, c’est à dire en lisant uniquement des contenus gratuits, des articles de blog, des vidéos youtube, etc… Se former est vraiment très important pour apprendre avec du contenu pertinent et complet. Evoluer dans ton entreprise, et ce dans tous les domaines. En effet, quant tu te lances en freelance il n’y a pas que le coeur de ton métier, mais il y a également beaucoup d’autres casquettes à avoir et même si tu en délègues une partie, il est très important de se tenir informer et d’apprendre toujours plus. Que ce soit pour les parties administratives, la relation client, la gestion, l’organisation, le marketing …

Alors oui, ce sont des investissements financiers car les formations complètes sont généralement payantes, mais tu gagneras un temps énorme comparer au fait de faire tes petites recherches à droite et à gauche par toi-même.

2 – Rester dans ma bulle

Ce que j’entend par là c’est le “non contact” avec d’autres freelances. Qu’ils soient du même secteur d’activité que toi ou pas du tout, il est important et surtout encourageant d’échanger avec d’autres freelances qui comprendront ce que tu vis, qui comprendront ce qu’est la vie d’un freelance et tout ce qui tourne autour. Et d’autant plus si le soutient de tes proches n’est pas présent (ou très peu).

Le fait d’échanger avec d’autres freelances va te permettre de te booster dans tes coups de mou, te permettre d’apprendre, te permettre de te motiver…

Pour ma part, cela fait peu de temps que j’échange réellement avec d’autres freelances et ça a vraiment changé la donne, j’aurais dû commencer dès le début !

3 – Garder un plan B

Quand je me suis lancée en tant que photographe j’ai continué à travailler en tant que salariée. Jusqu’ici pourquoi pas au tout début. Mais ensuite, même lorsque je m’étais dis que je voulais vivre de mon entreprise, je me disais toujours “de toutes façon, si jamais ça marche pas je pourrai re-travailler en tant que salariée”. Et j’ai fais ça bien trop longtemps également. Dès qu’il y avait un creux je m’empressais de trouver un mi-temps en salariat. Sauf que ce temps que je passais dans une entreprise qui n’était pas la mienne bouffait mon énergie pour travailler pour moi, je faisais donc encore moins et il était difficile de relancer mon activité.

Le problème lorsque l’on garde un plan B, c’est que notre énergie n’est pas à 100% dans le plan A, et forcément ça marche moins bien. Depuis que j’ai décidé clairement que c’était STOP le salariat et que ce serait mon entreprise et rien d’autre, c’est tellement mieux. Je pensais être à fond dans mon entreprise et en fait, après coup je me suis aperçu que non, et que c’est maintenant que je suis à fond, vraiment !

4 – Vouloir tout faire toute seule

Et là je parle principalement de la partie visuelle. La création du logo … En fait, pour tout dire, j’avais pondu un logo à l’arrache avec le nom de mon entreprise et c’est tout. Aucune recherche de l’identité visuelle donc aucune image de marque personnalisée. Je partageais uniquement mes photos sur instagram, j’avais un site fais par moi-même sans vraiment de cohérence. Je n’avais pas de couleurs définies, pas de typographies, pas d’univers graphique.

Et ma phrase “fétiche” était “oui mais faut que je trouve des clients pour gagner de l’argent avant de pouvoir payer des prestataires”. Mon dieu quelle erreur ! Au final, j’ai perdu du temps, j’ai perdu des prospects et donc des clients, et donc du chiffre d’affaires. Si j’avais su investir un minimum j’aurais eu une identité construite, un prestataire qui m’aurait expliqué pourquoi c’était important, comment l’utiliser, et j’aurais très fort probablement augmenter mon nombre de prestations et mon chiffre d’affaires bien plus rapidement.

5 – Ceci est un bonus … j’ai mal déclaré mes impôts, et ce pendant 5 ans … 🤭

Oui oui, 5 ans de mauvaise déclaration ! Bon ça va, en soi ça ne m’a pas valu de supplément à payer ou quoique ce soit à la révision de tout cela. Mais si j’avais fais de plus gros chiffre d’affaires ça aurait pu être bien plus grave lorsque j’ai fais cette révision avec le centre des impôts.

Bon il faut dire que les impôts de base c’est déjà pas tout simple, et en tant que micro, il faut remplir un formulaire supplémentaire avec encore des cases à droite et gauche, et perso c’est clairement pas ma tasse de thé. Alors si toi aussi ça te fait peur ou que t’y comprends rien, je t’invite à aller voir le post Insta de Mathilde, de “La tanière des freelances”, qui résume en quelques slides comment bien déclarer ces impôts en freelance. Et franchement quand j’ai vu son post il y a quelques jours je me suis dis “qu’est ce que j’aurais aimé avoir ces infos quand je me suis lancée ! 🤩”
Son post —> Déclaration d’impôts, tuto et astuces

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui.

J’espère que cet article t’auras été utile 🙂

error: Ce contenu est protégé car il appartient à Azana 😉